À propos de la Journée de Libération des Documents

La Journée de Libération des Documents (« Document Freedom Day » en anglais) est une journée internationale se déroulant chaque année le dernier mercredi de mars. C'est un moment pour se rassembler afin d'attirer l'attention sur l'importance croissante de l'utilisation de standards ouverts dans l'accès à l'information et dans toutes nos communications numériques.

La Journée de Libération des Documents (DFD) est une journée où ...

... les gens se rassemblent et s'informent sur l'importance croissante des standards ouverts.

Avec le développement constant de nouvelles technologies et appareils électroniques, de plus en plus de nos communications sont transmises numériquement. Parallèlement à cela, c'est aussi un nombre croissant d'informations qui sont produites et accessibles uniquement dans un format numérique. De nombreux acteurs s'efforcent d'utiliser ces évolutions pour enfermer les utilisateurs dans les produits qu'ils proposent, et ce par l'utilisation de formats propriétaires au sein des services, logiciels ou matériels mis à disposition. Nous avons cependant la possibilité de ne pas les suivre aveuglement dans ce chemin. Nous pouvons en effet nous libérer de ces restrictions et de ces verrous en utilisant les standards ouverts à notre disposition. Ceux-ci peuvent en effet être implémantés librements dans tout service, matériel ou logiciel. Vous pouvez à ce titre profiter de la Journée de la Libération des Documents pour :

La DFD : une question de compatibilité

Vous vous souvenez la fois où on vous a envoyé un document important que votre ordinateur n'arrivait pas à lire correctement ? Vous vous rappelez avoir acheté ou téléchargé une application juste pour pouvoir ouvrir une pièce jointe dont vous aviez besoin pour travailler ? Eh bien, ces mêmes événements se produisent des dizaines de milliers de fois par jour. Pouvez-vous imaginer la somme de savoirs qui ne peut pas être échangée seulement car l'expéditeur et le destinataire (intentionnellement ou non) n'utilisent pas les mêmes formats ? Ces incompatibilités se produisent généralement parce que l'information a été enregistrée par des moyens secrets ("fermés") et privés ("propriétaires"). Cela pose d'énormes problèmes aux entreprises, aux gouvernements ou à la population en générale ; cela se traduit pour la société en une terrible perte de créativité, de productivité et d'efficacité. L'utilisation de standards incompatibles permet de manipuler les marchés, ils permettent aussi à certaines entreprises de facturer d'énormes sommes aux personnes voulant simplement avoir accès à leurs propres données. C'est aussi par l'utilisation de standards fermés qu'ont pu se créer les pires monopoles technologiques mondiaux. Enfin, pouvez-vous imaginer la perte colossale de connaissances que va entraîner l'utilisation de ces formats fermés et propriétaires pour les futures générations ? Combien d'informations stockées via l'utilisation de brevets et autres secrets industriels ne seront plus accessibles car l'entreprise à leur origine aura fait faillite ? Combien de ces informations ne seront plus accessibles car l'entreprise aura décidé de passer à un nouveau format en supprimant la compatibilité avec l'ancien ?

C'est pour tout cela que les standards ouverts sont si importants. C'est seulement par l'utilisation de ces technologies documentées, librement implémentables et utilisables que l'intercompatibilité peut être garantie entre tout logiciel et appareil, que cela soit aujourd'hui ou dans le futur. Formats et standards ouverts devraient donc être utilisés pour la transmission et le stockage de l'information et cela en incluant les interfaces et protocoles nécessaires à ces actions.

La libération des documents n'est pas seulement pour les documents

Il ne s'agit pas seulement de libérer vos écrits ou feuilles de calcul, il s'agit avant tout d'être apte à garder le contrôle sur n'importe quelle sorte de données numériques - que cela soit des images, des musiques, des emails ou des statistiques. Celles-ci peuvent ainsi être enregistrées de manière à ce que vous gardiez le pouvoir dessus mais elles peuvent aussi être stockées dans des formats qui vous contraignent et vous manipulent au prix d'un énorme coût. Un document non-libre est ainsi lié à un logiciel ou une entreprise spécifique, son auteur n'est pas autorisé à choisir comment l'utiliser à cause de restrictions techniques. C'est comme si une voiture de course était bridée à 30 km/h.

À l'opposé de cela, les standards ouverts sont des formats et des protocoles utilisables par n'importe qui, de manière gratuite et sans restriction. Ce sont des standards créés pour être compatibles - la façon dont ils fonctionnent est partagée publiquement et toute organisation peut les utiliser dans ses produits et services sans avoir à en demander l'autorisation. Les standards ouverts sont à la base de la coopération et de la société moderne : les voies ferrées, les prises de courant, le language naturel sont des exemples de spécifications dont on dépend et qu'on considère comme acquises. Imaginez qu'il faille demander une autorisation et acheter une licence pour pouvoir parler anglais - la société serait chaotique et rétrograde. De même, les documents libres sont utilisables de n'importe quelle manière souhaitée par l'auteur et cela sans restriction. Ils peuvent être lus, transmis, édités et transformés par l'utilisation d'une grande variété d'outils. Plus d'informations sur les Standards Ouverts et ce qui les définit.

To top

Copyright 2008-2014 Free Software Foundation Europe e.V.Source code
Nous remercions Marius J. pour cette traduction non-officielle. Référez-vous au texte original pour obtenir la version officielle de cette page.
Sauf mention contraire, la pages est publiée sous Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.
Veuillez signaler les problèmes avec cette page à webmaster at fsfeurope.org.